Histoire de la gare de LIMOGES

 

 

  

La première gare n’est qu’un bâtiment en bois.

 Les travaux commencèrent en 1858, et il faut attendre 1860 pour que soit terminée la gare en « dur »

Certains agrandissements seront pratiqués dés 1888

Sont implantation fut décidée par décision du conseil municipal le 13 juillet 1848

Sa superficie est de 11 hectares 56 ares 69 centiares

En1856, la compagnie d’Orléans, par fusion avec la compagnie de Châteauroux à Limoges, commence la mise en place de la ligne Paris-Limoges

Le 16 juin 1856, ouverture au service après l’achèvement du dernier tronçon Argenton/Creuse -Limoges le 02 juin 1856

D’allure austère, elle est également contestée de part son implantation, et au choix de son nom : « Limoges Bénédictins », nom du quartier sur lequel elle se situe, du au monastère qui s’y trouvé jusqu'à la révolution

La gare de Limoges est une « gare terminus »

En décembre 1858 début des travaux de percements du tunnel des Bénédictins

Long de 1024 mètres, d’une profondeur allant jusqu'à 16 m, il passe sous la place Jourdan, les boulevards Fleurus et Louis Blanc, la Mairie, l’ancien hôpital (médiathèque), l’avenue de la révolution et débouche non loin de la rue de la croix verte

Dés janvier 1885, le conseil municipal avait décidé d’entreprendre des travaux d’agrandissement.

Le 16 août 1885 ainsi que le 12 mars 1886, des plans de modification sont présentés par le maire

C’est seulement le plan présenté le 10 mai 1889 qui sera choisi. Il comporte notamment la création d’une gare de triage à Puy- Imbert. Auparavant il aura fallu de nombreuses interventions du maire auprès du conseil général, du ministre du commerce et de l’industrie, pour que les travaux puissent être décidés

Parmi les aménagements envisagés, il a été réalisé une halle couverte longue de 100 m, d’une portée de 21,65 m et surplombant à 13 m au faîtage les 3 voies et les 2 quais

Ces transformations sont achevées fin juillet 1891

Malgré tous ces travaux, cela est jugé insuffisant. Il est donc envisagé de tout démolir et de rebâtir une nouvelle gare. Ceci est décidé le 20 février 1908

6 projets sont étudiés :

       A : embellissement et allongement de 60 m (4 760 000 f)

       B : construction d’un bâtiment de 204 m avec deux ailes carrées (10 260 000 f)

       C : surélévation au niveau de la terrasse du Champ de Juillet (7 630 000 f)

       E : construction en forme de z au niveau des voies (10 460 000)

       F : s’inspire de C, avec façade monumentale et campanile de 35 m de hauteur (13 206 000)

   C’est ce dernier qui sera adopté après bien des controverses , notamment parce que ce type de gare de passage avec plateforme surélevée est un champ d’expérience unique, les conditions hygiéniques sont détestables (courant d’air permanents, fumée des machines, etc. …), le coût est élevé.

 

 

Début des travaux en 1924, mise en service le 22 juin 1929. Le prix de revient global de la gare, faute de documents, a été fixé aux environs de 41 millions de francs.

Le contrat entre le directeur de la Compagnie d’Orléans et l’architecte, Roger Gonthier, est signé le 26 mai 1919

Quelques mises au point de ce contra sont faites, et l’étude définitive est présentée le 14 mars1922. Les travaux débuteront en mars 1924  et se termineront en 1929